Ils racontent

« Après des années d’allergies, je peux enfin retourner au soleil ! »

Resources\Visuels\V4\Headers\Articles\INT\v_header_testimonies_default.jpg

Depuis l’âge de 18 ans, Mathilde souffrait de lucite estivale chronique. A tel point qu’après plusieurs séjours malheureux au soleil, elle avait décidé d’y renoncer. Jusqu’à ce qu’on lui conseille des crèmes solaires dermatologiques protégeant des UVA et UVB.

Le contexte

Mathilde, dans quel contexte votre lucite est-elle apparue ?

Depuis toujours, je passe mes vacances dans la maison de mes parents au bord de la mer. L’été de mes 18 ans, des petits boutons sont apparus sur mon décolleté, mes avant-bras et mes épaules, accompagnés de démangeaisons désagréables. J’ai pensé que je faisais une réaction au soleil ponctuelle. J’ai donc attendu que les petits boutons s’en aillent et j’ai continué à m’exposer durant le reste de l’été.

Les symptômes

Les symptômes se sont-ils effacés avec le temps ?

Pas vraiment… ils ont empiré !Comme j’adore le soleil, j’ai toujours tendance à profiter du moindre rayon dès qu’il fait beau. A chaque exposition, les réactions ont été de plus en plus rapides, et de plus en plus fortes avec encore plus de boutons et de démangeaisons ! J’ai fini par me dire que ma peau ne supportait plus le soleil et qu’il fallait peut-être que je l’évite définitivement.

La solution

Vous n’avez pas trouvé de solution ?

En fait, je suis allée sur un forum. Une internaute m’a raconté qu’elle avait le même problème que moi : c’était apparemment une lucite estivale. Elle m’a dit d’aller voir un dermato. Et en effet, j’ai pris rendez-vous et il m’a prescrit une crème solaire SPF50 adaptée, à acheter en pharmacie. Aujourd’hui cela fait 2 ans que tout va bien ! (même si je ne fais pas la crêpe au soleil toute la journée !!!). En tout cas, après des années d’allergies, je peux enfin retourner au soleil !

  • Facebook
  • Pin

Recommandé pour vous

See all articles