Le point sur

L'eczéma atopique : quand les irritations deviennent chroniques

Resources\Visuels\V4\Headers\Articles\INT\v_header_focuson_default.jpg

L’eczéma atopique, aussi appelé dermatite atopique, est une pathologie chronique et allergique qui se manifeste par l’apparition de plaques rouges et de démangeaisons. Pour venir à bout de l’eczéma et calmer les démangeaisons, il faut restaurer la fonction barrière de la peau.

Les symptômes

L’eczéma, une peau « étrangère » sur le visage

La peau atopique est une peau très sèche, sur le visage notamment, qui tiraille et, surtout, qui démange. Elle présente aussi des squames et, parfois, des plaques rouges et rugueuses : l’eczéma. Irritations permanentes, inconfort et sensation d’une peau « étrangère » la rendent ainsi difficile à supporter. Bien sûr, lorsque les symptômes de l’eczéma se manifestent sur le visage, le bien-être individuel et social s’en trouve particulièrement affecté.

Les origines

Une pathologie chronique sous influence

Chronique et allergique, l’eczéma atopique apparaît sur un terrain génétiquement prédisposé. Lorsque la peau est appauvrie en lipides, la barrière cutanée se trouve altérée. Résultat : elle devient vulnérable aux irritations et aux allergènes. Les acariens, pollens, animaux et la pollution sont alors des éléments extérieurs susceptibles de déclencher les symptômes de l’eczéma.

Les traitements

La priorité : calmer les démangeaisons

Le grattage, s’il peut soulager temporairement les irritations, entretient l’eczéma en aggravant le phénomène d’altération cutanée. Pour rompre le cercle vicieux de l’atopie, il est donc important de calmer ces démangeaisons. Certains gestes sont alors essentiels :


  • laver le visage avec un nettoyant surgras anti-irritations

  • appliquer quotidiennement un émollient corporel : il permet de restaurer le film hydrolipidique, de restructurer la barrière cutanée et de limiter la pénétration des facteurs irritants.


Les cures thermales permettent également de calmer les démangeaisons, d’assainir la peau et de lutter contre la surinfection.

N’hésitez pas enfin à consulter votre dermatologue. Il est là pour vous renseigner.

  • Facebook
  • Pin

Recommandé pour vous

See all articles